Juliennezanga.com



EVENEMENT 2004
"Tombouctou-Bamako"

Julienne au Mali - Février 2004

FETE DU LIVRE A TOMBOUCTOU
Vue d'une rue de la ville nouvelle

Ci-dessous, pas question, au milieu des dunes, de résister à une pause photo !


Fête du livre
Devant l'institut Ahmed Baba (où sont conservés plus de 7000 manuscrits anciens), des stands très visités. En avant, le pagne qui aura servi à l'élaboration du livre-pagne***

Mosquée de Djingarey Ber
Vestige plusieurs fois centenaires de cette époque où Tombouctou était une prestigieuse cité universitaire



Le puit de Bouctou, esclave qui donna son nom à la ville de Tombouctou. L'histoire veut que "Tim", "puit en tamashek (langue touareg) soit devenu "Tom"

Un thé-poésie au milieu des dunes
L'un desérudits invités de l'aventure déclamant un poème

Les jeunes d'aujourd'hui seront les adultes de demain... 3 petites tombouctiennes qui ne démentiront certainement pas cet adage
A Tombouctou*, les 3 auteurs invités dans les villages furent rejoint par le reste du groupe : écrivains, illustrateurs, poètes... Plus d'une vingtaine d'invités venus du Mali, du cameroun, du Congo ou du Bénin, les retrouvailles connurent des moments forts, comme ce thé pris au milieu des dunes, à la sortie de Tombouctou, la ville aux 333 saints qui mérite vraiment son nom de ville aux portes du désert.
Après, en dehors des animations dans les collèges, rendez-vous dans l'institut Ahmed Baba** où se trouvaient les stands et où se tenaient les conférences et le repas commun du midi.

* De l'origine du nom Tombouctou
A cette époque où les touaregs étaient les maîtres de la contrée, Bouctou, esclave noire, était dévolue à la garde et entretien d'un puit très fréquenté. En touareg, le puit se désigne "Tim" et au fil des ans, les gens prirent l'habitude de se donner rendez-vous à "Tim Bouctou" au puits de Bouctou... et Timbouctou devint Tombouctou par déformation!
** Ahmed Baba, érudit de Tombouctou, fut déporté comme beaucoup d'autres au Maroc. L'histoire veut qu'une fois devant le monarque du Maroc (qui avait pour habitude de parler à ses hôtes sans que ceux-ci le voient), Ahmed Baba lui dit qu'en agissant ainsi, il se plaçait au même pied d'égalité qu'Allah. Impressionné par la sagesse et les connaissances du Tombouctien, le roi tint par la suite à avoir des entretiens avec lui.
*** Livre imagier à compter fait à partir de morceaux de tissu, en 5 langues (bambara, fufuldé, tamashek, songhai, français)